Qu’est ce que le goût ? Le goût est un phénomène complexe. Derrière ce qu’évoque simplement du pain ou une pomme, se cache en fait un fabuleux mécanisme de mélanges entre l’apparence de l’aliment, sa saveur, sa texture, son arôme et son odeur. Toutes ces informations sont envoyées par nos sens : Le goût : sucré, salé, acide, amer… L’odorat : multitudes d’arômes La vue : couleur, présentation, apparence… Le toucher : croquant, croustillant, mou, doux… Ces différentes perceptions sont envoyées jusqu’au cerveau où elles sont analysées et fusionnées pour former le « goût ».

A quels moments de la vie se construit le goût ? La construction du goût commence dès les premières semaines du développement du fœtus dans le ventre de la maman. Le système sensoriel de bébé se créé en même temps que son petit cerveau. Dès le stade de fœtus, bébé est capable de distinguer certaines saveurs. Chez les animaux, différentes expériences ont montré que l’alimentation maternelle détermine le type de nourriture que le jeune choisira de façon privilégiée. Il en de même chez l’homme. Quelques résultats apparaissent, montrant que ce que mange la maman à la fin de la grossesse ou au cours de l’allaitement, orientera les choix alimentaires de son enfant. Ce mécanisme d’appréciation des aliments constituent une forme d’héritage alimentaire. Un autre mécanisme est également à prendre en compte dans la formation du goût : la « familiarisation ou l’apprentissage ». Le poisson, les brocolis, l’acidité du citron ou l’amertume du café… sont des aliments qui s’apprécient à force d’apprentissage et d’exposition. Certains apprentissages sont facilités à des périodes particulières comme la petite enfance (3 ans). Pour faciliter l’acceptation des aliments par votre enfant, je vous conseille donc de commencer jeune (vers la fin de la diversification 1 an et demi / 2 ans) et de varier au maximum les aliments que vous lui proposerez.